6 sept. 2017

Le retour ce n'est pas dur, c'est pire!

Malheureusement la difficulté du retour n'est pas une Légende! Malgré tout les points positifs qui l'accompagnent, cette étape est un passage turbulent qui fait perdre l'équilibre! Le choc peut être violent et personnellement la claque m'a totalement déstabilisée.


Je ne suis pas tombée, mais il m'a fallu rester concentrée sur ce point à l'horizon qui permet tel un funambule de rester sur sa ligne et de ne pas flancher!
Il s'agit néanmoins d'une étape qui fait partie de tout voyage, il me semblait alors important d'aborder le sujet en vous partageant mon expérience à chaud!

Après 3 ans de voyage ininterrompu, j'ai pris la décision de rentrer, je ne sais plus très bien pour quelles raisons car les quelques mois précédents ce nouveau grand saut mon angoisse était à son comble. J'ai tenté de me préparer au mieux en écrivant l'article : Ma plus grande peur de voyage: le retour! Malgré tout, cela m'a secoué, je m'excuse d'ailleurs à ce propos car en pleine remise en question pendant un mois j'ai déserté le blog (on dira qu'il a pris des vacances forcées). Ce fut donc une étape plutôt dure à traverser qui s'est déroulée en plusieurs phases.


 

L’excitation des retrouvailles

 

Le retour c'est avant tout l'excitation de retrouver les siens, son pays, ses affaires... A l'arrivée tout le monde est heureux (faut dire que personnellement j'ai des amis formidables, au cas ou certain lisent mon blog :-p).
On a plein de choses à se raconter, 3 ans de vie en quelques heures, le temps se rattrape et comme si on s'était quitté la veille on se reconnecte naturellement.

On redécouvre ensuite avec émerveillement toutes ces choses qui nous on tant manquées, et on reste ébloui devant la beauté oubliée de ce Pays incroyable qu'est la France!
Comme si c'était Noël on retrouve toutes ses affaires abandonnées dans des cartons depuis plusieurs années... c'est incroyable toutes les merdes choses qu'on possède quand on y pense! 

Poussé par l’énergie positive du voyage on débarque pleins d'ambitions nouvelles, de projets, on rentre des étoiles pleins les yeux et de l'amour plein le cœur, on a envie de transmettre tout cela, et les gens semblent éblouis par nos récits extraordinaires et notre aura nouvelle.


Poussé par toute cette excitation on enchaine les soirées de retrouvailles, on profite à fond de tout ce qu'on a mis de coté durant ces années (on bouffe comme si on avait pas mangé pendant 3 ans). On se délecte insoucieusement de tout ces plaisirs, d’être avec les siens et de l'instant présent sans se poser trop de question.

On reste dans une dynamique qui nous emporte et nous transporte, on reprend vite ses repères et ses vieilles habitudes et on ne voit pas venir l’ouragan qui se profile à l'horizon, celui même qui en quelques bourrasques s’apprête à ébranler tous nos repères!





 

 

En décalage

 

On se sent marginal face aux autres, on est parfois confronté à des incompréhensions, car on a évolué différemment, et car il est finalement difficile de transmettre ce que l'on est devenu, car ce que l'on a vécu ne se partage pas vraiment, seuls ceux qui en on fait l'expérience peuvent comprendre!

On réalise que l'on est loin du schéma standard que tous nos amis et connaissances ont suivi. On réalise que l'on n'a pas construit de choses tangibles comme une carrière, une maison, ou des enfants, et avec certains le décalage semble inévitable et parfois s'est creusé tel un gouffre infranchissable.

On a adopté une nouvelle manière de penser et de voir le monde qui nous entoure, nos croyances et valeurs ont évoluées et notre manière de vivre peut sembler atypique. Nous n'avons plus la même manière de dépenser notre argent, de nous amuser, d'économiser, de consommer, de nous épanouir, nos priorités ont changé et tout cela crée un décalage avec ce monde qui a continué à vivre sans nous à travers d'autres expériences.

Au fond nous sommes toujours les mêmes et nos amis également nous avons juste évolué séparément et différemment. Il faut accepter ces différences, et accepter que les autres nous trouvent changé, la plupart de mes amis m'ont avoué admirer la personne que j'étais devenue et je pense la même chose de leur progression, et on a pleins de choses à apprendre les uns des autres. Et si avec certains cela ne fonctionne plus comme avant ce n'est pas grave c'est la vie, les chemins se suivent, se retrouvent ou parfois se séparent.

 

 

Le passé refait surface

 

Après la folie des retrouvailles, on entame un voyage dans les méandres du passé, et le contexte ne nous permet pas vraiment de lutter, le retour malgré nous est une invitation à remuer le passé et comme on le sait ce n'est jamais très judicieux!

J'ai eu la chance pour ma part de ne pas devoir retourner chez mes parents, car j'imagine à quel point cela peut faire un choc. Passer de la liberté du voyage à la tutelle de ses parents, car même si on est grand nos parents ont tendance à nous couver et nous traiter comme des enfants, et ça ça a tendance à nous remmener en arrière, et il n'y a rien de pire pour continuer à avancer qu'avoir la sensation de régresser.

On replonge alors dans notre vie d'avant, les bras grands ouverts et on se prend un gros plat (essaye de plonger les bras ouverts tu comprendras).
On est alors partagé entre regret et dégoût, on pense naïvement que l'on n'a pas le choix que de reprendre cette vie où on l'avait laissé.

On a l'impression faussée que le temps s'est arrêté, on retourne dans un passé qui est resté figé dans notre esprit tel qu'on l'a laissé. Comme si ces dernières années n'avaient été qu'une parenthèse enchantée on se retrouve alors catapulté dans nos souvenirs, et il est difficile d’accepter que les choses ont évolué sans nous dans la mesure où elles ne semblent pas vraiment différentes.
Tout refait alors surface et nous assaille de tout les cotés, on ressent alors de la nostalgie face à un ancien amour oublié, des souvenirs fantasmés, des choses inachevées ou encore des doutes toujours présents.

Influencé par notre ancienne vie et ce microcosme oublié mais connu, on se met de nouveau à agir comme avant, on retourne dans cette zone de confort familière de manière inconsciente, et sans s'en rendre compte on reprend ses vieilles habitudes et on redevient la personne que l'on était avant de partir.

Ce sentiment est alors très perturbant et plutôt désagréable car on a alors la sensation de ne pas avoir évolué au court de ces années, comme si tout ce qu'on avait appris tout ce qui a finalement créé la personne fière et épanouie que l'on est aujourd'hui s'envole en un claquement de doigt au contact de notre ancienne vie.

On se réadapte très vite, mais on se sent vide, car au final cette vie et ces manières d'agir ce n'est plus nous.



Il n'est pas facile de se réacclimater tout en restant la nouvelle personne que l'on est devenu, mais il est important de ne pas s'oublier et de rester focalisé sur ce beau chemin que l'on a entamé sans se laisser emporter par ce courant de passé et happer par la facilité de se réadapter docilement. Le futur est toujours devant nous et c'est dans le présent qu'on continue à le construire, il faut réussir à vivre avec ce que l'on retrouve et découvre et ce que l'on est aujourd'hui!





 

 

Remise en question

 

Cet élan de nostalgie nous fait malheureusement perdre pied, c'est tout a coup l'heure du bilan, les remises en question s'emparent de nous et de notre bonheur, le passé oublié se réveille brusquement avec un esprit vengeur et nous fait subir notre jugement dernier avant l'heure.

Au fil des histoires, de vie rangée plus ou moins heureuse que les gens perdus de vue nous racontent un à un à notre retour, on en vient a comparer sa vie atypique à la leur.

Certaines nouvelles font plaisir, d'autres moins, d'autres blessent et d'autres nous rendent heureux mais surtout elle nous font prendre conscience de là où nous en sommes aujourd'hui.
On a l'impression que ce voyage dans un monde parallèle nous a finalement peut être fait louper une période de la vie.

Je n'ai jamais regretté mon choix mais je me suis surprise à me demander si ce rêve américain imposé par la société n'était finalement pas également le mien et que ce voyage m'avait empêché de l'accomplir.

 On se demande si on n'a pas raté notre vie, si on ne devrait pas comme tout le monde penser à son avenir, à fonder une famille, investir dans l'immobilier, se construire une carrière...



On se sent alors tout à coup un retardataire encore à l'embouchure de ce chemin tout tracé qu'on se doit d'emprunter.

Tout ces doutes m'ont alors fait perdre confiance en mes choix et en l'avenir, je me suis sentie tout à coup incapable de savoir ce que je voulais vraiment et réellement au fond de moi.
Je fus déçue d'avoir fait un travail sur moi même depuis le début de ce voyage et de rentrer encore plus perdue qu'avant. C'est incroyable de remettre tout à coup en cause toutes ces certitudes acquises, sa manière de vivre qui nous a tant épanouie sans que l'on se questionne autant durant les dernières années.

Puis je me suis ressaisie car se comparer n'est jamais une bonne idée, sachez que les gens que vous enviez, vous envient peut être aussi, et surtout sachez que les histoires qui vous paraissent parfaites extérieurement cachent leurs lots de doutes, de problèmes et de tristesse.
Aucun chemin de vie n'est idéal, il vous faut choisir le vôtre, ce qui rend heureux les autres ne vous ferait pas forcément vibrer, alors foncez sur votre propre route!

Aujourd'hui je réalise que je n'ai jamais était aussi heureuse que lorsque j'ai suivi mes désirs profonds, sans me comparer et sans m'engager sur les sentiers de transhumance, j'ai alors compris que mes choix n'étaient pas banals mais que cela ne m’empêcherait pas d’être heureuse. Je vais donc continuer à suivre simplement mon cœur plutôt que le troupeau, au risque de me marginaliser encore un peu.





 

 

La perte de motivation

 

La réinsertion prend du temps, et en essayant tant bien que mal de trouver sa place dans ce monde dans lequel on ne se sent plus vraiment adapté on perd alors sa motivation et ses ambitions.

Tout nos projets ramenés dans nos bagages nous semblent alors utopistes, et en quelques semaines on perd peu à peu la niaque qui nous a animée durant tout notre voyage.

 

La perte d'assurance et la rivière de doutes qui nous emporte est pour quelque chose dans notre noyade énergétique. Il vous faut persister et nager afin de sortir la tête de l'eau et rejoindre la rive! Une fois que l'océan d'émotions s’assagit et que l'on reprend nos esprits, on réalise que le retour c'est juste une manière de faire le bilan par l'expérience à travers nos émotions!

Il faut accepter que cette étape difficile change encore notre vision des choses et peut-être bouscule certaines idées, il n'y a alors aucun problème à réadapter ses projets, ou en créer de nouveau, l'important est de combattre cette apathie et de se lancer à nouveau dans des projets et des expériences stimulantes!


 

Conclusion


Certains disent que pour éviter le "travel blues" il ne faut tout simplement pas rentrer... je pense au contraire que l'affronter vous apprendra encore énormément sur vous même! 
Rien ne vous empêche de repartir ensuite mais ayez d’abord la force d’être qui vous êtes partout ou vous allez et ça commence par chez vous ;-)

Alors oui le retour c'est dur, mais cela fait partie des épreuves enrichissantes et constructives qui pimentent la vie et qui valent la peine d’être vécues! Non je ne suis pas masochiste, mais j'aime progresser et c'est par la difficulté que j'apprends le plus sur moi et que je me rapproche de plus en plus de mon équilibre!

C'est normal d'avoir des difficultés au retour d'un long voyage, on a appris tellement, vécu tellement et de manière si intense que l'atterrissage ne peut pas être sans secousses!
Il faut se laisser le temps de digérer, pour être honnête j'ai failli repartir au bout d'un mois, mais je me suis forcée à aller jusqu'au bout et à affronter ce retour! Je repartirais sûrement mais parce que j'en aurais vraiment l'envie et pas pour fuir!

Il faut savoir accepter le passé tel qu'il a été et comme étant terminé pour aller de l'avant avec ses nouvelles ressources acquises lors de notre voyage.


Il ne faut surtout pas se laisser distraire par ce bouillonnement de nostalgie et d'émotion, et se laisser influencer par la vie des autres, mais simplement apprécier de retourner dans un monde familier avec des nouvelles cartes en poche.
Il faut se réjouir de revenir épanoui et accepter d’être différent et faire avec afin de rendre ce monde connu encore plus agréable qu'on l'a laissé!

Et si vous ne vous sentez plus connecté avec certaines personnes ou habitudes, changez-les, apprivoisez ce monde familier comme s'il s'agissait d'une sphère inconnue, ne vous réadaptez pas à lui, laissez-le s'adapter à vous! soyez fièr de qui vous êtes devenu et continuez à avancer positivement!


Free & love 

"on a jamais vraiment voyagé tant qu'on est pas rentré chez soi" 

 

Et vous comment appréhendez vous ce retour ?







18 commentaires:

  1. Se recreer son monde pour demain, fort de son expérience, de nos différences, accepter qu'il ne soit plus le même qu avant, tout en ne pouvant que trop peu partager avec d autres amis ayant connus cela... tu as bien résumé toutes ces difficultés et cette étape de vie. comme tu le dis, c est aussi par cette phase que tu te réapprends et que tu construis ton avenir, ici ou là bas ! A Lyon, à Melbourne ou à Maré. Je te fais plein de bisous. (On se voit en oct/nov!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patou, trés bien dit :-) à trés bientot alors!!!!

      Supprimer
  2. Merci pour ton article ! Je rentre d'un TDM d'un an. Je suis en plein dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'espère que cet article t'a offert un peu de soutient ;-) Bon retour à toi nous traversons les mêmes épreuves :-)

      Supprimer
  3. " Ayez d’abord la force d’être qui vous êtes partout ou vous allez et ça commence par chez vous" ---> Ta phrase résume tout ;) La raison pour laquelle je suis partie en voyage, celle pourquoi je suis revenue... et c'est surement la chose la plus dure à faire. Être soi dans un modèle qui ne nous convient plus, qu'il faut recréer et adapter à notre réalité d'aujourd'hui, celle du retour d'un long voyage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lucie moi aussi ça résume pas mal mon départ, mon voyage et mon retour, contente que d'autres que moi se reconnaissent dans cet article :-) et contente de voir que je ne suis pas la seule :-) bonne continuation à toi :-)

      Supprimer
  4. Hello!
    Très bel article.
    Je suis partie neuf mois et je suis rentrée et j'ai l'impression de ne pas être partie et que tout ça n'était qu'un rêve. Ducoup je n'arrive pas à en parler, j'ai l'impression que ce n'était pas si fou que ça alors que si !!! Et surtout j'ai peur de ne jamais capter que oui, je suis partie et j'ai changé et c'était beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, n’oublie surtout pas ce que tu as vécu et comment cela t'a permis d'évoluer, continue d'avancer avec ce nouveau bagage! et si tu ne ressens pas le besoin d'en parler ce n'est pas grave tant que toi au fond cette expérience continue de te nourrir et de t'apporter dans ta vie d'aujourd'hui ;-)

      Supprimer
  5. Merci beaucoup pour ton article, je suis expatriée en Irlande depuis 4 ans maintenant et je rentre dans 6 mois en France... Je sais que je vais vivre cela bientot,j'ai la trouille et en même temps l'exitation de rentrer en France !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir, j'espère qu'il t'aidera lorsque tu seras rentré et que tu vivra ce que je suis en train de vivre actuellement! Après 4 ans cela va te faire un choc c'est certain mais cela va te permettre de faire un bilan et de redémarrer ta vie avec de nouvelles perspectives! n’hésite pas à m'écrire si tu as besoin de soutiens ;-) bon courage à toi!

      Supprimer
  6. Salut Anaïs,
    Nos expériences sont différentes mais je me suis beaucoup reconnu dans ce que tu dis et je trouve ton article justement écrit. Je te souhaite de suivre ton chemin et tes désirs !
    Bisous
    Aline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Aline! Merci pour ton message, malgré des situations et destinations différentes, je pense que le retour est un moment très particulier, et c'est agréable de savoir qu'on est pas les seuls à avoir des difficultés à traverser cette épreuve, et qu'au finale on s'en sort plus fort encore :-)

      Supprimer
  7. Salut Aline, j'aime beaucoup la facon que tu as de decrire ce retour. Je suis partie et revenue il y a deja quelques annees. Ca a ete dur, mais meme avant de rentrer, avec mon conjoint, nous avons commence a pense aux projets d'apres, parce que l'on sentait que c'etait necessaire. Nous etions partis pour nous affirmer, et affirmer nos choix differents je pense. Du coup, le projet de repartir dans un autre contexte semblait etre une evidence. Je pense que chacun voit les choses differement mais je pense que pour que le retour se passe "au mieux", il faut en quelque sorte avoir un cap/un projet pour justement ne pas tomber dans la nostalgie comme tu le dis si bien, meme si elle est inevitable! Bon courage, la suite est pas mal non plus, parce que malgre tout, tu sais ce que tu ne veux plus! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Céline pour ce message plein d'encouragement et de bon sens :-) tu as raison la clé c'est d'avoir des projets qui nous animent!!! Et oui je commence a entrevoir la suite et elle me plait beaucoup :-) (au fait je ne m'appelle pas Aline mais ya pas de souci ;-P)

      Supprimer
  8. Merci pour ce bel article : je suis à mon tour dans l'affreuse phase de doutes et d'angoisse avant le retour. Quand rentrer ? différer encore le départ ? Où aller et que faire ?... Me voilà confrontée comme tu le décris si bien à la peur de " régresser", repartir en arrière, se sentir en décalage. Comme si la nouvelle personne que je suis devenue allait disparaitre.
    Je suis partie me recréer une vie au bout du monde en Calédonie, petit coin de paradis terrestre ( en référence à Patrice Vidal plus haut qui fait allusion à Maré ! ;), j'ai réussi à surmonter un passé douloureux et à me réconcilier avec le bonheur et la sérénité.
    Après avoir fait le tour du Pacifique et vécu des rencontres et expériences plus incroyables les unes que les autres il faut rentrer et se retrouver face à nos amis dont la vie n'a que très peu changé contrairement à la notre.
    C'est agréable de lire des témoignages et savoir qu'on est pas seuls dans ce cas.
    Très bonne continuation et merci pour tes articles très inspirants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ce message, je me demande si depuis le temps tu es rentré? et comment tu as vécu ce retour... Passer du Paradis de Nouvelle Calédonie à la France c'est un grand choc, je sais de quoi je parles. De mon coté après 7 mois avec des hauts et beaucoup de bas et de remises en question, j'ai réussi à me retrouver et me ré-accaparer cette vie. Je me suis lancée dans tout un tas de nouveaux projets (artistiques, pro, voyages, personnels). Ce sont tous ces projets qui m'aident à surmonter la difficulté du retour, et qui me permettent même d'apprécier de plus en plus d'être rentrée ;-) alors courage!!

      Supprimer
  9. Hello Anaïs,

    Voilà une bonne heure que je surf sur ton blog (au boulot ... non non ma vie en France ne m'ennui pas du tout et je n'ai pas du tout envie de repartir ^^) et cet article est surement celui qui me parle le plus. Je suis rentrée en septembre 2016 donc un an avant toi et effectivement le retour c'est plus qu'une grande claque dans la figure. Cela est toujours rassurant de savoir qu'on est pas seul(e) et que les sensations sont grosso modo les mêmes pour tous : l'impression de régresser, de ne pas être à sa place , d'avoir loupé des choses. De mon côté j'ai aussi l'impression d'avoir été en quelques sorte une attraction en rentrant : tout le monde te dit "alooooooors ?" (comme si tu pouvais raconter ton aventure ou décrire un pays en trois phrases). Mais il faut le dire c'est agréable d'avoir autant d'attention des autres quand on rentre chez soi, partager, raconter ses anecdotes, etc. Et puis petit à petit cela s'estompe et j'ai eu l'impression de perdre de mon intérêt quand les choses se sont calmées et je trouve que c'est très dur. Parce que du coup je me suis dit "en dehors d'une fille qui voyage et part barouder un peu partout qu'est ce que je peux être d'autre dans cette vie de tous les jours qui soit aussi intéressante". Et la je sèche lol. Après un an et demi de retour, je suis passée par des phases très difficiles (quand tu rajoutes en plus de ce travel-blues les aléas de la vie : boulot qui te plait pas, rupture amoureuse..) mais aujourd'hui je retrouve cette sensation d'avoir évolué. J'ai réussi à me réadapté en essayant de garder ma nouvelle vision du monde, renoué avec des personnes, fait la paix avec certaines choses de mon ancienne vie d'avant le voyage et je me sent plus en paix pour repartir (parce que bien sur je vais repartir dans quelques mois). Mais comme tu dis je ne fuirai pas, je partirai sereine. Ce retour, aussi dur soit-il est essentiel pour repartir encore plus forte.

    Je te souhaite le meilleur pour la suite et l'aboutissement de tous tes projets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage, mes articles on souvent sur moi-même un effet thérapeutique, et de voir que d'autres partagent un peu mon ressenti à un aspect en effet rassurant.
      Ceci-dit on est chacun unique et vivons notre expérience de façon très personnelle, l'important et de réussir à se connecter à soi pour voir le monde extérieur et les situations de façon objctive.

      Je pense que le retour est une magnifique expérience pour évoluer encore plus personnelement, alors certes elles nous confronte à de fortes remises en questions, a de grands moments de doutes, mais elle nous fait grandir, et c'est ça l'essentiel!

      Je vois que de ton coté tu as l'air prête désormais à repartir sur de nouveaux projets, c'est super je penses que la clé est là, se stimuler de nouveau avec des projets, qu'ils soient de repartir ou autre! Pour ma part je me suis lancée à fond dans plusieurs projets qui me tiennent à cœur et je me sens revivre :-) Merci d'ailleurs pour tes encouragements, je te souhaite également le meilleur, et n'hésites pas à revenir par ici faire un petit coucou!

      Supprimer

Pour cela pensez à renseigner votre identité (sous forme de pseudo si vous préférez) en sélectionnant Nom/URL dans le champ commentaire.
Cela vous donnera la possibilité de partager votre site si vous en avez un :-) autrement vous n'aurez qu'à renseigner votre Nom.

Les commentaires étant modérés, ne vous inquiétez pas si ils n'apparaissent pas immédiatement.

Merci